100 percent.svg

Odes (Horace, Leconte de Lisle)/II/14

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
1er siècle av. J.-C.
Traduction Leconte de Lisle, 1873
◄  II, 13 II, 14 II, 15   ►




Ode XIV. — À POSTUMUS.


Hélas! Postumus, Postumus, elles fuient les rapides années, et la piété ne retarde ni les rides, ni la proche vieillesse, ni la mort indomptée.

Non ! quand tu supplierais, ami, de jour en jour, par de triples hécatombes, Pluto qui n’a point de larmes, qui étreint trois fois le vaste Géryon et Tityos de l’eau funèbre

Que nous traverserons tous, nous qui sommes nourris par les dons de la terre, rois ou pauvres colons ;

Nous fuirons en vain Mars sanglant et les flots écumeux de la rauque Hadria ; en vain nous redouterons l’Auster funeste pendant l’automne :

Nous verrons le noir Cocytus qui traîne, errant, son cours languissant, et l’infâme race de Danaüs et l’Æolide Sisyphus condamné au labeur éternel.

Tu quitteras la terre, et ta demeure, et l’épouse que tu aimes ; et, de ces arbres que tu cultives, hors l’odieux cyprès, nul ne suivra son maître peu durable.

Un héritier plus digne épuisera ce Cæcubium gardé par cent clefs, et il rougira ton pavé superbe de ce vin fait pour les festins des Pontifes.