100%.png

Opinions sociales/Allocution prononcée à la réunion des sections de la « Ligue des Droits de l’Homme et du citoyen »

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


ALLOCUTION

PRONONCÉE À LA RÉUNION DES SECTIONS DE LA « LIGUE DES DROITS DE L’HOMME ET DU CITOYEN » DU XVIe ARRONDISSEMENT, LE 21 DÉCEMBRE 1901.


Avant de donner la parole à Louis Havet, vice-président de la Ligue des Droits de l’Homme, je dois vous remercier de l’honneur que vous m’avez fait en m’appelant à présider cette réunion plénière, et, puisque je vois assemblées ici les sections du XVIe arrondissement, je veux féliciter la Ligue elle-même de l’esprit qui l’anime ; je veux vous féliciter tous d’avoir pensé que le patriotisme s’accordait avec l’esprit de justice et de paix, avec le respect du droit et l’amour de l’humanité ; je veux vous féliciter de vous être montrés des hommes libres, non point comme ces prétendus libéraux qui ne réclament de liberté que contre la liberté, mais en dénonçant courageusement les tentatives hypocrites ou violentes de la réaction. Vous avez beaucoup fait. Il vous reste beaucoup à faire encore.

Les réactionnaires et les cléricaux à demi vaincus ne renoncent point à la lutte, d’autant plus dangereux qu’ils ne se montrent point sous leur véritable visage, qui ferait peur, et qu’ils empruntent, pour séduire la foule républicaine, votre langage et vos discours. Ils n’ont à la bouche que liberté et droits de l’homme.

Pour les combattre et les vaincre, rappelez-vous, citoyens, que vous devez marcher avec tous les artisans de l’émancipation des travailleurs manuels, avec tous les défenseurs de la justice sociale, et que vous n’avez pas d’ennemis à gauche. Rappelez-vous que, sans les prolétaires, vous n’êtes qu’une poignée de dissidents bourgeois, et qu’unis, mêlés au prolétariat, vous êtes le nombre au service de la justice.

Vous allez entendre la ferme parole d’un homme qui n’a jamais menti. Vous allez entendre le son de l’âme la plus droite et la plus courageuse. Le citoyen Louis Havet va vous entretenir d’un sujet qui, à cette heure, doit vous intéresser particulièrement. Il va vous parler de la moralité des élections, et examiner avec vous les conditions dans lesquelles s’exerce actuellement le droit de suffrage.

Ce sont là des questions qui ne peuvent vous laisser indifférents. Il se trouve à Paris beaucoup de réactionnaires et quelques républicains pour crier : « À bas les parlementaires ». Et ce cri caresse assez agréablement l’oreille des Parisiens. Certes je ne défendrai pas devant vous les actes de la représentation nationale. Sans chercher si ce fut la faute des représentants ou des représentés, les législatures ont succédé aux législatures, et la justice et la bonté ne sont pas encore entrées dans nos lois. Depuis trente ans, par ce qu’elles ont fait et surtout par ce qu’elles n’ont pas fait, les Chambres n’ont pas peu contribué à rendre la République moins aimable et moins sûre qu’elle ne promettait de l’être à son avènement. Certes la Chambre qui maintenant expire n’a montré, dans sa vie, qu’une faible pensée et un médiocre courage. Née dans l’erreur, le mensonge et l’épouvante, sous un ministère criminel, elle traîna une existence incertaine et molle. Il semble que la peur soit l’inspiratrice et la conseillère de nos députés, et l’on peut dire de nos Chambres que leur faiblesse trahit tous les partis.

Vous voyez, citoyens, que je ne tombe pas accablé d’un respectueux étonnement devant la majesté de nos institutions politiques. Mais quand nos fougueux nationalistes en réclament la destruction soudaine, quand nos grands plébiscitaires demandent d’une voix retentissante la suppression des parlementaires, je vois trop qu’ils pensent les remplacer par des patrouilles de cavalerie, et que la liberté n’y gagnerait rien. Dans l’état actuel de nos institutions et de nos mœurs, le suffrage universel est l’unique garantie de nos droits et de nos libertés, et il suffirait d’un souffle, d’un souffle de fraternité passant sur nos villes et nos campagnes, pour qu’il devînt un instrument de justice sociale.