100%.png

Ornithologie du Canada, 1ère partie/Le Pie-Grièche de la Louisiane

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche


Atelier typographique de J. T. Brousseau (p. 224-225).

LA PIE-GRIÈCHE DE LA LOUISIANE.[1]
(Logger-headed Shrike.)


Cet oiseau ressemble fort à la Pie-Grièche que nous venons de décrire. Il est moindre d’un pouce et son plumage plus sombre. Sa patrie est le Sud de l’Amérique, tandis que l’autre espèce aime les climats froids. Il s’est concilié l’amitié des populations par les services qu’il leur rend en débarrassant la basse-cour et les champs de souris et de rats ; il se pose sur les clôtures et les guette comme le ferait un chat, pendant des heures entières. Deux individus ont été tués autour de Hamilton, en avril 1860. Personne que nous sachons ne l’a vu dans l’est de la province. Cette Pie-Grièche habite la Georgie, la Floride, la Louisiane. Chaque espèce vit en famille pendant l’hiver et chaque famille n’est composée que d’individus de la même couvée qui dans leurs courses, se dispersent durant le jour et se réunissent le soir. Grands mangeurs d’insectes et de petits oiseaux, les Pies-Grièches font aussi leurs nids dans les grands buissons, les composent d’herbes et de racines en dehors, de laine et de mousse en dedans. La ponte est de cinq ou six œufs blancs et tachetés de brun. Cet oiseau est celui que Buffon a décrit sous le nom de Pie-Grièche de la Louisiane.

Cet Écorcheur a une bande noire sur les côtés de la tête ; le reste de cette partie, le dessus du cou et du corps d’un gris ardoisé clair ; la gorge et toutes les parties postérieures blanches ; les plumes scapulaires d’un gris blanc ; les pennes des ailes, noires ; les primaires marquées de blanc vers le milieu et les secondaires à leur extrémité ; la première paire de pennes caudales est blanche, et noire sur la tige et à son origine ; la seconde, sur les bords et dessus le milieu jusqu’à la pointe ; la troisième, dans un tiers de sa longueur ; la quatrième, dans un sixième ; la cinquième, seulement à l’extrémité ; enfin les deux intermédiaires sont totalement noires, de même que le bec et les pieds. La femelle diffère du mâle par ses couleurs plus foncées.

Le mâle a 9 pouces de longueur et 13 pouces d’envergure.


  1. No. 237. — Collyrio Ludovicianus. — Baird.
    Lanius Ludovicianus.Audubon.
    Cet oiseau, demande M. McElraith, ne serait-il pas le Collyrio excubitoroides, la Pie-Grièche au croupion blanc, qui s’avance graduellement de l’ouest des États-Unis vers le Canada dans son parcours ?