Page:Gossuin - L’Image du monde, édition Prior, 1913.djvu/211

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 203 —

avint a la mort Jhesu Crist, de quoi Saint [1] Denis fu convertiz ; de la vertu du [F° 138 b] firmament et des estoiles, et comment l’en mesura le monde et le ciel et la terre ; du roy Tholomeus [2] et de ses sens ; et d’Adan, et d’aucunes autres genz ; et comment clergie fu sauvée pour le deluge, et comment ele fu retrovée après le deluge ; et des merveilles que Virgiles fist par sa clergie ; et pour quoi [3] monnoie fu nommée et establie ; et des philosophes qui aloient par le monde pour aprendre ; que est philosophie, et que Platons en respondi ; [F° 138 c] combien la terre et la lune et li solaus [4] ont de grant chascuns endroit soi ; et les estages des estoiles, et de leur nombre et de leur ymages ; le haut et le grant du firmament, et du ciel blou qui desus [5] est, et du ciel cristalin, et du ciel empiré. Si avez oÿ en la fin del [6] celestiel paradis et de son estre, et de Dieu qui estre puet par tout, de sa gloire et de sa bonté.

De toutes ces choses vous avons nous con[7], et aucunes raisons [F° 138 d], au plus briément [8] que nous poons, rendues [9] ; car les genz d’orendroit n’ont cure de longues gloses, ainz aimment mieulz [10] les choses qui sont briés, comme cil qui sont de brief sens et de brief tens [11]. Leur vies sont brieves et leur cors sont brief [12] ; car en petit de tens sont feniz, et touz jours [13] devendront [14] plus brief, tant qu’a noient vendront. Car cis siecles trespasse [15] de tens en tens ausi comme vent, et defenist de jour en jour ; [F° 139 a] et petit sejour i fait chascuns, Car tant [16] est plains de vanité, qu’il n’i a de verité point ; et cil qui plus i cuide demourer [17] est souvent cil qui mains i demeure et qui plus tost muert.

Et pour ce lou je bien que chascuns face bien, tant comme il vit. Car il n’est nus qui sache a quele heure la mort li doie courre [18] sus. Et tels se cuide enquore esbatre en cest siecle ·v· anz ou ·vi· qui est alez en mains de ·v· jours [19] [F° 139 b] et avalez el puis d’enfer. Si est sages et bons eürez [20] qui el servise [21] Dieu est pris, tant comme Diex li preste le sens, et il en a tens et loisir. Car Diex li rendra si riche don et si bel, qu’il avra touz biens a bandon [22] et la joie de paradis, que Diex nous otroit, en cui [23] toute pitiez. habonde, et touz biens.

Ci fenist l’ymage du monde qui commença a Dieu, et a Dieu prent fin, qui en la fin nous doint ses biens et sa grace. Amen.

[F° 139 c] En l’an de l’incarnacion [24] de Nostre Seingneur [25] Jhesu Crist

  1. — B : Crist ; dont Saint.
  2. — B : Tholomeu.
  3. — B : quoy.
  4. — B : soulaus.
  5. — A : desouz.
  6. — B : du celestiel.
  7. — B : rendu conte.
  8. — A : brienvement.
  9. — B : « rendues » manque.
  10. — B : miex.
  11. — B : tans.
  12. — B : briés.
  13. — B : jourz.
  14. — A : devendroient ; B : devendront.
  15. — A : trespasses.
  16. — B : tout.
  17. — B : demorer.
  18. — B : coure.
  19. — B : jourz.
  20. — B : et bieneürez.
  21. — B : service.
  22. — B : biens et abandon.
  23. — B : qui.
  24. — B : incarnation.
  25. — B : Seigneur.