Page:Perrault - Histoires ou contes du temps passé, avec des moralitez, 1697.djvu/77

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


avoit faite, & considerant qu’il pourroit luy arriver malheur d’avoir esté desobéïssante ; mais la tentation estoit si forte qu’elle ne put la surmonter : elle prit donc la petite clef, & ouvrit en tremblant la porte du cabinet. D’abord elle ne vit rien, parce que les fenestres estoient fermées ; aprés quelques momens elle commença à voir que le plancher estoit tout couvert de sang caillé, dans lequel se miroient les corps de plusieurs femmes