Page:Perrault - Histoires ou contes du temps passé, avec des moralitez, 1697.djvu/76

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

à cause de l’impatience qu’elle avoit d’aller ouvrir le cabinet de l’appartement bas. Elle fut si pressée de sa curiosité, que sans considerer qu’il estoit malhonneste de quitter sa compagnie, elle y descendit par un petit escalier dérobé, & avec tant de precipitation, qu’elle pensa se rompre le cou deux ou trois fois. Estant arrivée à la porte du cabinet, elle s’y arresta quelque temps, songeant à la deffense que son Mari luy