Page:Rochegude - Promenades dans toutes les rues de Paris, 20.djvu/14

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Cette rue se soudait jadis avec la rue Ramus dont elle fut séparée par le percement de la rue des Pyrénées. Elle y fut de nouveau réunie en 1907 par le pont qui franchit la rue des Pyrénées et aboutit au 27 de la rue Stendhal, et dont la chaussée a pris en 1909 le nom de rue Charles-Renouvier, en mémoire du philosophe français (1815-1904).

La rue Ramus (1830) était l’ancien sentier des Dives. Elle dut son nom actuel en 1877 au philosophe (1515-1572). Cette curieuse rue possède au 11 le passage Ramus et au 25 la rue Achille qui doit son nom au propriétaire, et qui avant 1860 s’appelait Traverse de la Cour-des-Noues.

229. Rue des Rondonneaux. Ancien sentier de la Cour-des-Noues. Cette rue, qui tire son nom d’un lieu dit, aboutit au passage des Rondonneaux et nous mène à la rue des Rondeaux qui longe le cimetière du Père-Lachaise, et qui doit également son nom à un lieu dit. Cette rue des Rondeaux possède à son extrémité le passage des Rondeaux.

198. Rue de la Cour-des-Noues. Date du xviii. Une noue est une sorte de pierre creusée en rigole pour l’écoulement des eaux. Le nom de Cour des Noues vient ou d’une cour qui avait été pavée par des noues, ou par corruption du cours des noues, pris dans un sens de cours d’eau. Au 14, pavillon ancien avec beaux arbres. Les 12, 10, 8, semblent d’anciennes petites maisons de plaisance. Au 1, pavillon ancien.

Nous arrivons à la place Gambetta (1862) qui s’est appelée place de Puebla avant 1877, et place des Pyrénées, avant de recevoir son nom actuel en 1894.

271. Rue du Retrait. Son nom vient de sa situation retirée. Au 27 se trouvait l’orphelinat de Dom Bosco,