Page:Rochegude - Promenades dans toutes les rues de Paris, 20.djvu/15

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

fermé en 1906, démoli en 1909, et remplacé par un cartonnage.

242. Passage des Soupirs (1835). M. Pessard dans son Dictionnaire historique dit que ce passage, formé en pleine période romantique, était probablement favorable aux promenades sentimentales.

293. Passage du Retrait.

276. Les Ménilmontagnards du xxe siècle (société de gymnastique et de tir).

290. Rue de l’Est (1802). Ancien passage du même nom. Elle est assez curieuse avec son ruisseau au milieu.

292. Rue du Guignier (1812). Cette rue primitivement allait de la rue des Rigoles à la place du Guignier et ce n’est qu’en 1877 qu’elle a atteint la rue des Pyrénées. Son nom lui a été donné en raison des plantations qui s’y trouvaient.

294. Place du Guignier. Fut simplement un passage de 1843 à 1863.

298. Rue Emmery. Ouverte lors de la création de l’ancien marché de Belleville, qu’elle longe. Dut son nom en 1868 à Charles Emmery, ingénieur hydrographe (1789-1842).

373. Parisiana Cinéma.

336. Rue du Jourdain (1862). Ouverte sur l’emplacement de l’ancienne mairie de Belleville, qui en 1845 avait remplacé une guinguette célèbre, connue sous le nom d’Ile d’Amour. Ce cabaret était entouré d’un cours d’eau artificiel. La propriété fut acquise en 1845, et la mairie s’y installa jusqu’en 1875, époque où elle se transporta place Gambetta. Au 6, Cinéma Théâtre (Alcazar).

393. Hôtel de M. Hussenot-Desenonges, notaire.