Page:Émile Nelligan et son œuvre.djvu/100

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
50
EMILE NELLIGAN


LIED FANTASQUE




 

Casqués de leurs shakos de riz,
Vieux de la vieille au mousquet noir,
Les hauts toits, dans l’hivernal soir,
Montent la consigne à Paris.

Les spectres sur le promenoir
S’ébattent en défilés gris.
Restons en intime pourpris,
Comme cela, sans dire ou voir…

Pose immobile la guitare,
Gretchen, ne distrait le bizarre
Rêveur sous l’ivresse qui plie.

Je voudrais cueillir une à une
Dans tes prunelles clair-de-lune
Les roses de ta Westphalie.