Page:Érasme, Bonneau - La Civilité puérile, 1877.djvu/183

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


jour par une prière. Tu ne peux le commencer sous de plus favorables auspices. Dès que tu te seras soulagé le ventre, ne fais rien avant de t’être lavé à grande eau le visage, les mains et la bouche.

Il est honteux pour ceux qui sont de haute naissance de ne pas avoir des mœurs correspondant à leur noble extraction.

Ceux dont la fortune a fait des plébéiens, des gens d’humble condition, des paysans même, doivent s’efforcer d’autant de compenser par de bonnes manières les avantages que leur a refusés le hasard. Personne ne choisit son pays ni son père : tout le monde peut acquérir des qualités et des mœurs.

Pour en finir[1], j’ajouterai un dernier

  1. Colophonis vice. Dans les contingents de l’armée grecque, Colophon fournissait d’ordinaire une excellente cavalerie qu’on tenait en réserve pour la faire charger au moment décisif. Les généraux grecs disaient : Faites donner Colophon, dans les circonstances où Napoléon aurait dit : Allons! faites donner la garde! De là ce proverbe, Agere Colophonem, resté dans le langage courant, avec le sens de : pour en finir.