Page:Étrennes aux fouteurs, 1793.djvu/78

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
( 68 )



LE MENUET DE LA MARIÉE.


  Air : Du menuet d’Exaudet[ws 1].


   QUe mon vit
  Se roidit !
   Ma poulette,
 Remarques-tu ſa groſſeur,
  Ainſi que ſa longueur,
  A travers ma brayette ?
   Mets ton doigt
   Sur l’endroit :
   Comme il bande !
Tu dois avoir un beau con,
C’eſt ce que le frippon
   Demande.
De dette jambe à la cuiſſe,
 Souffre que ma main ſe gliſſe…»
   Quel effet !
   C’en eſt fait,
   Je me pâme.
Hélas ! quand je le mettrai,
 Sûrement je rendrai

  1. Cf. recueil La clé du caveau, 752.