Page:Évanturel - Premières poésies, 1878.djvu/43

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Évanturel - Premières poésies, 1878 (page 223 crop).jpg


AU COLLÉGE



IL mourut en avril, à la fin du carême.

C’était un grand garçon, un peu maigre et très-blême,
Qui servait à la messe et chantait au salut.
On en eût fait un prêtre, un jour : c’était le but ;
Du moins, on en parlait souvent au réfectoire.
Il conservait le tiers de ses points en histoire,
Et lisait couramment le grec et le latin.
C’était lui qui sonnait le premier, le matin,
La cloche du réveil en allant à l’église.