Page:Œuvres complètes de Frédéric Bastiat, Guillaumin, 1.djvu/13

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



PRÉFACE




J’ai exercé le droit de propriété sur les œuvres de Frédéric Bastiat, pour le compte d’une société de ses amis, formée peu de jours après sa mort, et, conformément à l’intention des sociétaires, dont je faisais partie, je l’ai exercé dans le but unique de favoriser la propagation de ses écrits. En 1851, parut la seconde édition des Harmonies, comprenant le complément que j’avais rapporté de Rome. En 1855, furent imprimées les œuvres complètes, en six volumes, dont les deux premiers ne sont qu’une réunion d’articles de journaux, d’opuscules et de lettres. Rien de ceci n’eut peut-être figuré dans un volume, du vivant de l’auteur, avec son consentement. Mais on comprend que des amis qui lui survivent ne se soient pas fait une loi d’être aussi modestes ou sévères pour lui qu’il l’eût été lui-même, et qu’au contraire sa disparition de ce monde leur ait imposé le devoir d’utiliser autant que possible ce qu’il y a laissé.

Quoi qu’il en soit, l’événement nous a donné raison : l’édition de 1855 est épuisée, il faut une édition nouvelle.