Page:Œuvres complètes de Frédéric Bastiat, Guillaumin, 1.djvu/32

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


bitués sinon à résoudre, du moins à remuer profondément les grands problèmes, les avocats-orateurs, les légistes du droit écrit, les hommes d’État des bureaux, les fortes têtes du comptoir et de la fabrique, les grands administrateurs de la routine se trouvaient impuissants, déroutés par une tactique nouvelle, interdits comme les Mexicains en face de l’artillerie de Fernand Cortès. D’autre part, les catholiques criaient à la fin du monde, enveloppant dans un même anathème l’agression et la défense, le socialisme et l’économie politique, « le vipereau et la vipère [1]. » Mais Bastiat était prêt depuis longtemps. Comme un savant ingénieur, il avait d’avance étudié les plans des ennemis, et contre-miné les approches en creusant plus profondément qu’eux le terrain des lois sociales. À chaque erreur, de quelque côté qu’elle vienne, il oppose un de ses petits livres : — à la doctrine Louis Blanc, Propriété et Loi ; à la doctrine Considérant, Propriété et Spoliation ; à la doctrine Leroux, Justice et Fraternité ; à la doctrine Proudhon, Capital et Rente ; au comité Mimerel, Protectionnisme et Communisme ; au papier-monnaie, Maudit Argent ; au manifeste montagnard, l’État, etc. Partout on le trouve sur la brèche, partout il éclaire et foudroie. Quel malheur et quelle honte qu’une association intelligente des défenseurs de l’ordre n’ait pas alors répandu par milliers ces petits livres à la fois si profonds et si intelligibles pour tous !

Dans cette lutte — où il faut dire, pour être juste, que notre écrivain se trouva entouré et soutenu dignement par ses collègues du libre-échange —, Bastiat apporta dans la polémique une sérénité et un calme bien remarquables à

  1. Donoso Cortès.