Page:Œuvres complètes de Frédéric Bastiat, Guillaumin, 1.djvu/484

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


souffrances sociales, elle les aggrave au contraire. Ces expédients ne font rien pour rétablir l’équilibre rompu entre le nombre des hommes et leurs moyens d’exister ; bien loin de là, ils tendent à déranger de plus en plus cet équilibre.

Mais si nous pensons que la société peut être placée dans une situation telle qu’elle n’a que le choix des maux, si nous pensons qu’en ce cas la liberté lui apporte les remèdes les plus efficaces et les moins douloureux, prenez garde que nous croyons aussi qu’elle agit surtout comme moyen préventif. Avant de rétablir l’équilibre entre les hommes et les subsistances, elle agit pour empêcher que cet équilibre ne soit rompu, parce qu’elle laisse toute leur influence aux motifs qu’ont les hommes d’être moraux, actifs, tempérants et prévoyants. Nous ne nions pas que ce qui suit l’oubli de ces vertus, c’est la souffrance ; mais vouloir qu’il n’en soit pas ainsi, c’est vouloir qu’un peuple ignorant et vicieux jouisse du même degré de bien-être et de bonheur qu’un peuple moral et éclairé.

Il est si vrai que la liberté prévient les maux dont vous cherchez le remède dans le droit au travail, que vous reconnaissez vous-même que ce droit est sans application aux industries qui jouissent d’une entière liberté : « Laissons de côté, dites-vous, le cordonnier, le tailleur, le maréchal, le charron, le tonnelier, le serrurier, le maçon, le charpentier, le menuisier… Le sort de tous ceux-là est hors de cause. » Mais le sort des ouvriers des fabriques serait aussi hors de cause si l’industrie manufacturière vivait d’une vie naturelle, ne posait le pied que sur un terrain solide, ne progressait qu’à mesure des besoins, ne comptait pas sur les prix factices et variables de la protection, une des formes émanées de la théorie de l’arbitraire.

Vous proclamez le droit au travail, vous l’érigez en principe ; mais, en même temps, vous montrez peu de foi dans ce principe. Voyez en effet dans quelles étroites limites