Page:Œuvres complètes de Frédéric Bastiat, Guillaumin, 2.djvu/241

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



42. — DISCOURS À BORDEAUX.




23 Février 1846.


Messieurs,


En présence d’une assemblée si imposante, qui réunit dans cette enceinte tant de lumières, d’esprit d’entreprise, de richesses et d’influence, vous ne serez pas surpris que j’éprouve une émotion insurmontable, et que je commence par réclamer votre indulgence. Je parais devant vous, Messieurs, pour me conformer aux dispositions prises par notre honorable président. Eussions-nous à notre tête un chef moins expérimenté, il faudrait encore nous soumettre à sa direction ; car mieux vaut un plan même médiocre que l’absence, ou, ce qui revient au même, la multiplicité des plans. Mais puisque l’Association a eu le bonheur de remettre la conduite de ses opérations à un de ces hommes rares, à la tête froide et au cœur chaud, qui tire plus d’autorité encore de son caractère personnel que de sa position élevée, il ne nous reste plus qu’à marcher au pas, sous sa conduite, et dans un esprit de discipline volontaire, à la conquête du grand principe que nous avons inscrit sur notre bannière : La Liberté des Échanges !

Messieurs, la première épreuve par laquelle est condam-