Page:Œuvres complètes de Frédéric Bastiat, Guillaumin, 3.djvu/248

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

dignes d’être proposées pour exemple à nos hommes politiques.


WAKEFIELD.


Extrait du Morning-Chronicle, 31 janvier 1844.


La démonstration des free-traders du West-Riding du Yorkshire a eu lieu ce soir dans la vaste salle de la Halle aux blés, qui était magnifiquement décorée de draperies et ornée de fleurs. Six cent trente-trois sièges avaient été préparés autour de la table du banquet.

Vingt-cinq villes du Yorkshire avaient envoyé des délégués à la séance. — Le fauteuil est occupé par M. Marshall, qui a, à sa droite, lord Morpeth, et à sa gauche M. Cobden.

Après les toasts d’usage, le président se lève et dit :


« Nous sommes réunis aujourd’hui, en dehors de toute distinction de partis et d’opinions politiques, pour discuter les avantages de la liberté absolue de l’industrie, du travail et du commerce. Nous reconnaissons ce grand principe comme l’unique objet du meeting. Il y a dans cette enceinte des hommes qui représentent toutes les nuances des opinions politiques, et ils entendent bien se réserver, à cet égard, toute leur indépendance. Quand nous jetons nos regards autour de nous, quand nous voyons ce qu’est l’Angleterre, ce que l’industrie l’a faite, et que nous venons à penser que le peuple, qui a élevé la nation à ce degré de grandeur, travaille sous le poids des chaînes, sous la pression des monopoles, au milieu des entraves de la restriction, ne sentons-nous pas la honte nous brûler le front ? Pouvons-nous être témoins d’un phénomène aussi étrange, sans sentir profondément gravé dans nos cœurs le désir de vouer toute notre énergie à combattre une telle servitude, jusqu’à ce qu’elle soit radicalement détruite, jusqu’à ce que notre industrie soit aussi libre que nos personnes et nos pensées ? Je ne m’étendrai pourtant pas sur ce sujet qu’il appartient à d’autres que moi de traiter. Je me bornerai