Page:Œuvres complètes de Frédéric Bastiat, Guillaumin, 6.djvu/218

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Je mets ici cette restriction, parce qu’il ne faut pas perdre ceci de vue : qu’un service incorporé peut acquérir de la valeur comme il peut en perdre. Et encore que la tendance générale soit vers la dépréciation, néanmoins le phénomène contraire se manifeste quelquefois, dans des circonstances exceptionnelles, à propos de terre comme à propos de toute autre chose, sans que la loi de justice soit blessée et sans qu’on puisse crier au monopole.

Au fait, ce qui est toujours en présence, pour dégager la valeur, ce sont les services. C’est une chose très-probable que du travail ancien, dans une application déterminée, rend moins de services que du travail nouveau ; mais ce n’est pas une loi absolue. Si le travail ancien rend moins de services, comme c’est presque toujours le cas, que le travail nouveau, il faut dans l’échange plus du premier que du second pour établir l’équivalence, puisque, je le répète, l’équivalence se règle par les services. Mais aussi, quand il arrive que le travail ancien rend plus de services que le nouveau, il faut bien que celui-ci subisse la compensation du sacrifice de la quantité…