Page:Œuvres complètes de Frédéric Bastiat, Guillaumin, 6.djvu/574

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vous bien venu à dire à cet ouvrier : « Mon ami, ce franc va circuler et va donner du travail à toi et à tes frères ? » Et l’ouvrier ne serait-il pas fondé à répondre : « Ce franc circulera de même si vous ne me le volez pas ; il ira au boulanger au lieu d’aller au machiniste ; il me procurera du pain au lieu de vous procurer des spectacles ? »

Il faut remarquer, en outre, que le sophisme des ricochets pourrait être aussi bien invoqué par les pauvres. Ils pourraient dire aux riches : « Que la loi nous aide à vous voler. Nous consommerons plus de drap, cela profitera à vos manufactures ; nous consommerons plus de viande, cela profitera à vos terres ; nous consommerons plus de sucre, cela profitera à vos armements. »

Malheureuse, trois fois malheureuse la nation où les questions se posent ainsi ; où nul ne songe à faire de la loi la règle de la justice ; où chacun n’y cherche qu’un instrument de vol à son profit, et où toutes les forces intellectuelles s’appliquent à trouver des excuses dans les effets éloignés et compliqués de la spoliation !

À l’appui des réflexions qui précédent, il ne sera peut-être pas inutile de donner ici un extrait de la discussion qui eut lieu au Conseil général des Manufactures, de l’Agriculture et du Commerce, le samedi 27 avril 1850.[1]



  1. Ici s’arrête le manuscrit. Nous renvoyons nos lecteurs au pamphlet intitulé Spoliation et loi, dans la seconde partie duquel l’auteur a fait justice des sophismes émis à cette séance du conseil général. (Tome V, pages i et suiv.)

    À l’égard des six chapitres qui devraient suivre, sous les titres d’Impôts, — Machines, — Liberté des échanges, — Intermédiaires, — Matières premières, — Luxe, nous renvoyons : 1° au discours sur l’impôt des boissons inséré dans la seconde édition du pamphlet Incompatibilités parlementaires (tome V, page 468) ; 2° au pamphlet intitulé Ce qu’on voit, et ce qu’on ne voit pas (tome V, page 336) ; 3° aux Sophismes économiques (tome IV, page i.)

    (Note de l’éditeur.)