Page:Œuvres complètes de Guy de Maupassant, X.djvu/217

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


source de chair, et fermant les yeux comme pour mieux goûter.

Mais elle l'écarta doucement :

"En voilà assez. Je me sens mieux. Ça m'a remis dans le corps."

Il s'était relevé, essuyant sa bouche d'un revers de main.

Elle lui dit, en faisant rentrer dans sa robe les deux gourdes vivantes qui gonflaient sa poitrine :

"Vous m'avez rendu un fameux service. Je vous remercie bien, monsieur."

Et il répondit d'un ton reconnaissant :

"C'est moi qui vous remercie, madame, voilà deux jours que je n'avais rien mangé !"