Page:Œuvres complètes de Guy de Maupassant, XVI.djvu/192

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ma chère… Oh ! quelle tête !… si tu avais vu sa tête ! Et il s’est retourné… l’imbécile ! Ah ! qu’il était drôle je riais, je riais. Et papa qui s’est fâché, qui voulait battre mon mari. Et le concierge, un bon serviteur, qui l’aidait à se rhabiller… devant nous… devant nous… Il boutonnait ses bretelles… que c’était farce !… Quant à Rose, parfaite ! absolument parfaite… Elle pleurait… elle pleurait très bien. C’est une fille précieuse… Si tu en as jamais besoin, n’oublie pas !

Et me voici… Je suis venue tout de suite te raconter la chose… tout de suite. Je suis libre. Vive le divorce ! Et elle se mit à danser au milieu du salon, tandis que la petite baronne, songeuse et contrariée, murmurait :

Pourquoi ne m’as-tu pas invitée à voir ça ?

Page:Œuvres complètes de Guy de Maupassant, XVI.djvu/193