Page:Œuvres complètes de Guy de Maupassant, XVI.djvu/86

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— C’est l’île de Ré ?

— Oui, monsieur.

— Et tout à coup le capitaine, étendant la main droite devant nous, me montra, en pleine mer, une chose presque imperceptible, et me dit :

— Tenez, voilà votre navire !

— Le Marie-Joseph ?…

— Mais, oui.

— J’étais stupéfait. Ce point noir, à peu près invisible, que j’aurais pris pour un écueil, me paraissait placé à trois kilomètres au moins des côtes.

Je repris :

— Mais, capitaine, il doit y avoir cent brasses d’eau à l’endroit que vous me désignez ?

Il se mit à rire.

— Cent brasses, mon ami !… Pas deux brasses, je vous dis !…

C’était un Bordelais. Il continua :

— Nous sommes marée haute, neuf heures quarante minutes. Allez-vous-en par la plage, mains dans vos poches, après le déjeuner de l’hôtel du Dauphin, et je vous promets qu’à deux heures cinquante ou trois heures au plusse vous toucherez l’épave, pied