Page:Œuvres complètes de Maximilien de Robespierre, tome 1.djvu/104

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


lité, pour avoir lu la Chartreuse sans éprouver le charme de tant de beautés réunies ! Rousseau l’avoit vivement senti ; lorsque dans l’étonnement que lui inspiroit ce chef-d’œuvre d’un jeune poète, il s’écrioit : « Quel prodige dans un homme de 26 ans ! Quel désespoir pour tous nos prétendus beaux-esprits modernes ! » Le jugement de Rousseau fut confirmé par le public et par la postérité.

Cependant de tels ouvrages annonçoient assez que Gresset n’étoit point fait pour rester enseveli dans le cloitre où il s’étoit renfermé. Son estime pour ses premiers maîtres, son goût pour l’étude, et son admiration pour les talens qui brilloient parmi eux l’avoient d’abord enrôlé sous leur bannière mais cet état ne convenoit gueres ni à l’amour de l’indépendance qui semble caractériser les hommes de génie ; ni à la nature de ses travaux littéraires ; Une muse aimable et légère n’étoit point faite pour s’attacher au joug monastique. Comment auroit-elle pu librement placer une couronne de mirthe sur le front d’un cénobite et faire resonner le luth des amours dans l’enceinte d’un cloitre ?

Déjà le ververt lui avoit attiré des desagremens qui le déterminèrent a briser la chaîne austère dont ils lui avoient fait sentir tout le poids.

Mais, en quittant ceux auxquels il étoit uni par les liens de la fraternité, il n’abjura point les sentimens d’amitié qu’il leur avoit voués, il s’empressa de leur rendre un hommage public plus honorable encore pour lui même que pour ceux à qui il étoit adressé ; il leur laissa, dans des vers dignes de son cœur et de ses talens un gage immortel de son estime et de ses regrets : c’est ainsi qu’il convenoit à Gresset de quitter les Jésuites ; c’est ainsi qu’une congrégation où il laissoit les Brumoi, les Tournemine, les Bougeant et tant d’autres, méritoit d’être quittée.

Rendu au monde et à la liberté, Gresset voioit la plus riante carrière s’ouvrir devant lui. Annoncé par sa réputation et par ses ouvrages, il étoit attendu dans la société avec impatience ; et il pouvoit s’y montrer sans rien redouter de