Page:Œuvres complètes de Maximilien de Robespierre, tome 1.djvu/11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.




AVANT-PROPOS



Chargé par la Société des Études Robespierristes d’une édition critique des œuvres complètes de Maximilien Robespierre antérieures à 1789, je tiens, à l’apparition du premier fascicule, à dire très brièvement, mais très clairement, comment je l’ai conçue. Pendant sept années, à dater de 1782, Robespierre compose des poésies, rédige à propos des affaires qu’il plaide devant le Conseil d’Artois des mémoires et consultations judiciaires, improprement appelés plaidoyers, écrit pour les concours des discours et des éloges académiques. Ses œuvres de jeunesse seront donc divisées en deux catégories, littéraires en prose et en vers et judiciaires. Chaque œuvre sera précédée d’une notice spéciale, comprenant tous les renseignements qu’il aura été possible de recueillir. Une introduction générale, qui replacera Maximilien Robespierre dans le milieu arrageois où il a vécu et brillé, permettra de mieux comprendre et de mieux pénétrer l’homme ; elle sera comme la chaîne qui réunira tous ses écrits, si différents et de valeur inégale. Nous nous efforcerons d’observer la plus rigoureuse impartialité, d’énumérer et de contrôler toutes les sources, pour éviter les lacunes, les erreurs et les méprises. Nous ne perdrons pas de vue que l’édition entreprise par

1