Page:Œuvres complètes de Maximilien de Robespierre, tome 1.djvu/115

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


biens plus doux et plus précieux ; elle sçait aspirer à une destinée plus grande et plus digne d’elle : celle de vivre en homme avec dieu et la nature ; celle de jouir de sa raison dans le sein de la paix, de l’amitié et de la vertu.

Le cœur droit et sain de Gresset avoit conservé ces puissantes affections de la nature, effacées chez la plupart des hommes par le goût des biens factices, qu’ont crée l’opinion et la vanité. Tel fut le mobile de sa conduite, qui dut paroitre extraordinaire, précisément parce qu’elle étoit raisonnable et trop étrangere aux principes qui déterminent les actions du vulgaire.

L’amour de la patrie avoit fixé son séjour dans le lieu de sa naissance ; les liens qu’il y forma le lui rendirent encore plus cher. Son ame sensible lui avoit fait connaître le besoin de choisir une compagne digne de lui : il la trouva dans une de ces familles honorables, où le mérite et la probité sont héréditaires, et coula des jours heureux dans une tendre union que l’inclination et l’estime avoient formée. Car s’il est sur la terre un sort digne d’envie, c’est sans doute celui de l’homme de bien, qui, à l’inestimable avantage de pouvoir rentrer avec délices au fond de son cœur, joint encore le charme de l’épancher dans une ame noble et pure, comme la sienne, à laquelle il se sent lié par une chaine aussi douce qu’indissoluble.

Si le reste de sa carrière m’offre peu de productions littéraires, je m’en console aisément ; elle me présente des objets plus intéressans : le bonheur et la vertu. L’éloge de beaucoup d’écrivains finit avec la liste de leurs ouvrages ; ceux de Gresset sont la moindre partie du sien. Pourquoi cette réflexion ne peut-elle pas s’appliquer à tous ceux qui ont brillé par de grands talens ? Le génie et la vertu ne sont ils pas destinés à s’unir par une alliance immortelle ? L’une et l’autre n’ont-ils pas une source commune dans l’élévation, dans la fierté, dans la sensibilité de l’ame ? Par quelle fatalité avons-nous donc vu si souvent le génie déclarer la guerre à la vertu ? écrivains plus célèbres encore par vos