Page:Œuvres complètes de Maximilien de Robespierre, tome 1.djvu/133

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


rians ; il leur retrace l’idée du plus charmant ouvrage qu’ayent produit le goût, l’imagination et la gaïté. Lisez le Ververt, vous qui aspirez au mérite de badiner et d’écrire avec grâce ; lisez-le, vous qui ne cherchez que l’amusement ; et vous à qui la nature semble avoir refusé la faculté de rire ; lisez le Ververt, et vous connoîtrez une nouvelle source de plaisirs.

Oui, tant que la Langue Françoise subsistera, le Ververt trouvera des admirateurs. Graces au pouvoir du génie, les aventures d’un Perroquet occuperont encore nos derniers neveux. Une foule de Héros est restée plongée dans un éternel oubli, parce qu’elle n’a point trouvé une plume digne de célébrer ses exploits ; mais toi, heureux Ververt, puisqu’il a plû à un grand Poëte de l’immortaliser, ta gloire passera à la postérité la plus reculée. Dans plusieurs siècles, on parlera encore avec intérêt de tes prospérités et de tes revers, de tes charmes et de tes erreurs, des tendres soins que te prodiguèrent les douces maîtresses dont tu fus l’idole, et des plaisirs que tu leur procuras, et des larmes que lu leur fis répandre.

Aussi ne devons-nous pas nous étonner si cet ouvrage fit une si prodigieuse sensation dès sa naissance ; les applaudissemens qu’il excitoit redoubloient encore lorsqu’on appronoit que ce chef-d’œuvre étoit le coup d’essai d’un homme de vingt-six ans, renfermé dans l’enceinte d’un collège, et destiné à la vie monastique. Le grand Rousseau, frappé de l’éclat d’un tel début, annonçoit dès lors le jeune Auteur à son siècle comme un des plus beaux génies qui dévoient l’illustrer. C’étoit, sans doute, un spectacle assez intéressant de voir un des plus célèbres Poètes de nos jours applaudir au triomphe d’une Muse naissante, faite pour partager avec lui l’attention du Public, et confondre, par son exemple, les lâches complots de l’envie, qui veille toujours pour arrêter le grand homme à l’entrée de sa carrière.

Mais, tandis que Gresset jouit de la gloire attachée à ses premiers succès, quel orage s’est tout-à-coup formé sur sa