Page:Œuvres complètes de Maximilien de Robespierre, tome 1.djvu/138

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


plus redoutable. Entraîné par une ambition ardente vers toutes les espèces de gloire, Voltaire avoit embrassé toutes les parties de la littérature ; mais, de tous les genres dans lesquels il s’étoit exercé, la poésie légère étoit celui où il avoit obtenu le succès le plus complet et déployé le talent le plus décidé. Vainqueur de tous ceux qui l’avoient précédé dans la même carrière, il avoit acquis une réputation désespérante pour ceux qui seroient tentés d’y marcher après lui, lorsque Gresset osa lui disputer le prix. Ce jeune Poëte, que l’amusement et l’instinct du génie, plutôt que l’ambition, sembloient conduire vers la gloire, fut peut-être étonné lui-même de partager avec son brillant rival l’attention et les suffrages du Public.

Il seroit hardi, peut-être, de décider entre ces deux Poètes, dont les productions sont distinguées par un caractère différent. Peut-être trouvera-t-on dans Voltaire plus d’esprit, de variété, de finesse, de correction ; dans Gresset, plus d’harmonie, d’abondance, de naturel : on y sentira plus cette aimable négligence, cet heureux abandon, qui fait le premier charme de ce genre de poésie. Les grâces de Voltaire paroitront plus brillantes, plus parées, plus vives, plus sémillantes ; celles de Gresset plus simples, plus naïves, plus gaies et plus touchantes. Le premier amuse, surprend, enchante mon esprit ; le second porte à mon cœur une plus douce volupté ; et s’il m’étoit permis de peindre par des images sensibles les impressions que produisent sur moi les ouvrages de ces deux grands Poêles, je dirois que les Pièces Fugitives de Voltaire me causent un plaisir semblable à celui que fait naître l’aspect d’un jardin délicieux, embelli parle goût d’un propriétaire opulent ; je comparerois les sensations qu’excitent en moi celles de Gresset à la douce émotion que donne la vue de ces paysages enchanteurs où la Nature semble prodiguer tous ses charmes et faire passer jusqu’à l’ame le sentiment de sa beauté touchante.

Tant de succès encouragèrent Gresset à en obtenir de nouveaux, il osa entreprendre de s’élever jusqu’à l’Ode.