Page:Œuvres complètes de Maximilien de Robespierre, tome 1.djvu/145

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Ce n’est point avec de pareils yeux que j’examinerai la conduite de Gresset. Quel parti prendrai-je donc ici ? Celui qui convient à un homme qui aime la vertu encore plus que les lettres, et pour qui toutes les productions du génie ne vaillent pas une belle action. Je ne prétens point décider entre les Philosophes qui ont combattu les Spectacles, et ceux qui les ont loués ; je veux bien ne point examiner si Gresset eut raison, lorsqu’il composa d’excellens ouvrages Dramatiques, ou lorsqu’il se repentit de les avoir faits. L’ami des Lettres peut regretter les productions dont il auroit pu enrichir encore la littérature ; le Citoyen qui gémit de voir la Scène trop souvent occupée par des pièces qui la changent en une école publique de mauvaises mœurs, peut voir avec peine qu’elle ait été sitôt privée d’un génie qui, dans tous ses ouvrages, auroit laissé l’empreinte d’un cœur honnête et pur : mais qui osera faire un crime à l’homme de bien, des sacrifices qu’il croit devoir à la délicatesse de sa conscience, et lui marquer les bornes qu’il doit donner à son amour pour la vertu ?

Que les principes de Gresset ayent été trop sévères, ou non, peu m’importe : ils étoient les siens, et il eut le courage de les suivre ; il crut voir d’un côté sa gloire, et de l’autre son devoir ; et comme il étoit beaucoup moins Philosophe que ses ennemis, la gloire fut immolée au devoir. Esprits fiers et sublimes qui foulez aux pieds ce que vous appeliez les préjugés avec tant de hauteur, le sentiment généreux qui produisit un tel sacrifice, vous paroît donc digne de votre mépris et de vos censures ? Eh bien ! je me dévoue moi-même à vos Épigrammes, je déclare que ce qu’il y a de grand et d’héroïque, rachète amplement à mes yeux le tort de n’avoir pas eu une aussi haute idée que vous des études dont vous êtes épris ; je le préfère à tous les ouvrages qui ont illustré Gresset, à tous ceux qui auroient pu l’illustrer encore ; et la gloire d’être le premier des Poëtes Comique, ne balance point à mes yeux le mérite de sçavoir dédaigner ce titre.

Au reste, le parti que prit Gresset de se dérober au tour-