Page:Œuvres complètes de Maximilien de Robespierre, tome 1.djvu/176

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

rien ôter de son zèle, le rendit plus fidèle à ses devoirs et à ses principes ; son ame était trop grande pour être vaincue par les obstacles lorsqu’il s’agissait du bien public. Du moment où il était devenu le défenseur des lois, où la balance de la justice avait été remise dans ses mains, il s’était dit : « Je suis une victime dévouée à la pairie, je dois lui sacrifier mon repos, ma santé, ma vie même : la crainte ni les menaces des hommes tic pourront désormais rien sur moi : j’en fais le serment. »

Ô citoyen généreux ! il en a coûté, sans doute, à votre bonheur et à votre tranquillité pour être demeuré fidelle à vos promesses ; mais avez-vous obtenu le suffrage de tous les gens de bien qui vous ont honoré ; les cris de l’admiration ont souvent étouffé pour vous ceux de l’envie ; et la postérité, qui est toujours impartiale, vous rendra justice : elle vous comptera parmi les grands magistrats.

M. DUPATY joignait à l’activité de son zèle, une santé faible et délicate ; les veilles et les travaux auxquels il s’était livré de bonne heure, faisaient craindre qu’il n’y succombât bientôt ; il se devait à une épouse[1], à des enfans qui lui étaient chers ; il se devait à la patrie qui comptait sur ses lumières et sur son courage ; à l’humanité qui le regardait comme son plus grand défenseur. Forcé de renoncer à des fonctions qu’il remplit avec tant de gloire, ce ne sera point pour se livrer à un repos indigne de lui. S’il ne lui est plus permis d’être l’organe des lois, il veut partager les travaux de ce corps auguste et respectable qui en est le dépositaire, et qui est chargé de les faire exécuter.

LOUIS XVI, à qui l’amour du bien apprend, comme à tous

  1. M. Dupaty avait épousé Mlle de Freteau, digne d’appartenir à une famille où la solide piété, la religion éclairée et la bienfaisance sont héréditaires, qui, de nos jours, vient de donner un nouveau lustre à la magistrature, et de grands exemples de patriotisme à la société. J’aimerais a retracer ici les grandes vertus de Mme Dupaty ; mais, sa modestie encore plus grande, m’impose silence, et d’ailleurs, la renommée l’a déjà associée à son illustre époux.