Page:Œuvres complètes de Maximilien de Robespierre, tome 1.djvu/46

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


seroit trop heureuse, si elle n’avoit que ce malheur à pleurer ; on la dévoue elle même à un opprobre éternel. Les infortunés, avec toute la sensibilité d’une ame honnête[1], sont réduits à porter tout le poids de cette peine horrible, que le scélérat peut seul soutenir. Ils n’osent plus lever les yeux, de peur de lire le mépris sur le visage de tous ceux qui les environnent ; tous les états les dédaignent ; tous les corps les repoussent ; toutes les familles craignent de se souiller par leur alliance ; la société entière les abandonne et les laisse dans une solitude affreuse ; la bienfaisance même qui les soulage se défend à peine du sentiment superbe et cruel qui les outrage ; l’amitié… j’oubliois que l’amitié ne peut plus exister pour eux. Enfin leur situation est si terrible, quelle fait pitié à ceux mêmes qui en sont les autheurs ; on les plaint… du mépris que l’on se sent pour eux ; et on continue de les flétrir ; on plonge le couteau dans le cœur de ces victimes innocentes ; mais ce n’est pas sans être un peu ému de leurs cris.

À cet étonnant, mais fidèle récit, que diroient les peuples dont je parle ; ne croiroient-ils pas d’abord qu’un tel préjugé ne peut regner que dans quelque contrée sauvage ? on auroit beau ajouter que les peuples qui l’ont adopté sont d’ailleurs, justes, humains, éclairés ; qu’ils ont des mœurs polies, des loix sages, des institutions sublimes ; qu’ils sçavent mieux qu’aucun autre respecter les droits de l’humanité et connoitre les principes du bonheur social ; qu’ils ont porté les arts et les sciences à un degré de perfection inconnu au reste de l’univers : ils ne voudroient jamais croire à[2] des contradictions si inconcevables ; ignorant tous les avantages qui nous dédommagent de ces restes de l’ancienne barbarie, ils nous regarderoient peut etre comme les plus malheureux des hommes ; ils s’applaudiroient de ne pas vivre dans des pays[3] où l’innocence n’est point en sûreté ; où les citoiens

  1. Éd. de 1785 : honnête ils sont réduits.
  2. à ces inconcevables contradictions.
  3. dans un pays