Page:Œuvres de Blaise Pascal, I.djvu/339

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Consolation sur la mort d'une huguenote,

STANCES *

May i6U5,

Filis, apaisez vos douleurs; C'est assez répandre de pleurs Pour la perte de votre amie ; Cessez ce violent transport Qui, s'attaquant à vostre vie, Livreroit la mienne à la mort.

Finissez tous ces desplaisirs ; La mort est sourde à vos soupirs, Comme elle est aveugle à vos larmes. Si le ciel l'eust faicte autrement, Elle eust respecté tant de charmes Qu'elle a destruits en un moment.

Mais quoy ? rien n'eschappe icy bas. Et la laideur et les appas Ressentent ses coups redoutables; Les heureux, les infortunez. Les innocents et les coupables Sont au mesme but destinez.

��I. Cf. Recueil de Marguerite Perier, p. 668, et Recueil de Sercy, t. II, p. 80.

�� �