Page:Œuvres de Blaise Pascal, II.djvu/92

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



5. Que la lumière estant un accident, ou une substance, il n’est pas possible qu’elle se soustienne dans le vuide, si elle est un accident ; et qu’elle remplit l’espace vuide en apparence, si elle est une substance.


FIN