Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/359

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


343
DIX SEPTIÈME PROVINCIALE


Prouvez donc d'une autre maniere que je suis heretique, ou tout le monde reconnoistra vostre impuissance. Prouvez ¹que je ne reçoy pas la Constitution par mes écrits. Ils ne sont pas en si grand nombre. Il n'y a que 16. Lettres à examiner, où je vous defïie, et vous et toute la terre d'en produire la moindre marque. Mais je vous y feray bien voir le contraire². Car quand j'ay dit par exemple dans la 14. Qu'en tuant, selon vos maximes, ses freres en peché mortel, on damne ceux pour qui Jesus-Christ est mort³, n'ay-je pas visiblement reconnu que Jesus-Christ est mort pour ces damnez ; et qu'ainsi il est faux, Qu'il ne soit mort que pour les seuls predestinez, ce qui est condamné⁴ dans la cinquième Proposition? Il est donc seùr, mon Pere, que je n'ay rien dit pour soustenir ces propositions impies, que je deteste de tout mon cœur. Et quand le Port-Royal les tiendroit, je vous declare que vous n'en pouvez rien conclure contre moy ; parceque graces à Dieu je n'ay d'attache sur la terre⁵ qu'à la seule Eglise Catholique Apostolique et Romaine, dans laquelle je veux vivre et mourir, et dans la communion avec le Pape son souverain Chef; hors de laquelle je suis tres-persuadé qu'il n'y a point de salut.

___________________________________________________________

1. B. par mes écrits que je ne reçoy pas la Constitution; W. Efficiendum tibi est ex scriptis meis Innocentii Constitutionem à me repudiatam.

2. W. Pontificiæ Constitutionis doctrinam mihi probari.

3. Cf. la quatorzième Provinciale, supra p. 151.

4. W. merità proscribitur.

5. W. in nullorum enim hominum sensus juravi. — Cf. une déclaration semblable dans la lettre VI à Mr et à Mlle de Rouannez, supra p. 217.