Page:Œuvres de Blaise Pascal, VII.djvu/241

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

ACTE NOTARIÉ 227

ont confessé et confessent avoir receue dudit sieur acqué- reur, qui leur a ladite somme baillée, comptée, et nom- brée et dellivrée, presens les notaires soussignés, en louis d'argent, le tout bon, dont quittant, dessaisissant jus- qu'à la valeur de ladite rente, vouUant pour eux et le por- teur, et donnant pouvoir, rachetable ladite rente en payant, en une seule fois et payement, pareille somme de quatre mille livres avec les arrérages, qui seront lors deubs et escheus, francs de tous loyaux coûts, mesme de tous frais de consignation et droits de controlle d'icelle, si aucun il convenoit payer et débourser par ledit sieur acquéreur, nonobstant tous et dits arrests contraires, auxquels est dérogé et renoncé par lesdites dames constituantes audit nom, et ont esleu leur domicile irrévocable en ceste ville en la maison de M. Estienne Ledroict, procureur au Ghas- telet, rue de Moucy, etc. Faict et passé audict parloir et grille de ladite abbaye de Port-Royal, audict fauxbourg Saint-Jacques, le 3o^ jour de juin, avant midi, l'an mil six cent cinquante-sept, et ont signé :

Sœur Marie des Anges (etc., ut supra). — Pascal. — Lecarron. — Gallots^

��I. En marge, se trouve cette apostille, signée de Pascal : « Le sieur Pascal reconnoit et confesse avoir receu des dames abbesse et relligieuses de l'abbaye de Port-Royal par les mains de M. Symon Akakia, sieur du Plessis, ladite somme de quatre mil livres, le i4 juillet 1661. »

�� �