Page:Œuvres de Théophile Gautier - Poésies, Volume 1.djvu/42

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



« Et pour bondir sous moi je veux un cheval blanc,
Enfant léger de l’Arabie,
À la crinière longue, à l’œil étincelant,
Et, comme l’hippogriffe, en une heure volant
De la Norwège à la Nubie ;

« Je veux un kiosque rouge, aux minarets dorés,
Aux minces colonnes d’albâtre,
Aux fantasques arceaux, d’œufs pendants décorés,
Aux murs de mosaïque, aux vitraux colorés
Par où se glisse un jour bleuâtre ;

« Et quand il fera chaud, je veux un bois mouvant
De sycomores et d’yeuses,
Qui me suive partout au souffle d’un doux vent,
Comme un grand éventail sans cesse soulevant
Ses masses de feuilles soyeuses.

« Je veux une tartane avec ses matelots,
Ses cordages, ses blanches voiles
Et son corset de cuivre où se brisent les flots,
Qui me berce le long de verdoyants îlots
Aux molles lueurs des étoiles.

« Je veux, soir et matin, m’éveiller, m’endormir,
Au son de voix italiennes,
Et pendant tout le jour entendre au loin frémir
Le murmure plaintif des eaux du Bendemir,
Ou des harpes éoliennes ;

« Et je veux, les seins nus, une Almée agitant
Son écharpe de cachemire
Au-dessus de son front de rubis éclatant,
Des spahis, un harem, comme un riche sultan
Ou de Bagdad ou de Palmyre.