Page:Œuvres de Walter Scott, Ménard, traduction Montémont, tome 26, 1838.djvu/240

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’église ou dans les cas très-rares où elle visitait quelques voisins. Son bon sens lui avait appris que dans cette occasion, son extérieur devait être décent, par respect pour le tribunal devant lequel elle allait paraître ; tandis que sa sensibilité ne lui aurait pas permis de se parer du petit nombre d’ornements qu’elle se permettait quelquefois de porter, dans une circonstance qui allait décider de la vie de sa sœur. Ainsi donc, rien dans son extérieur ne put indiquer avec certitude à son père le parti qu elle avait pris.

Les préparatifs de leur frugal repas avaient été faits en vain ce jour-là. Le père et la fille, assis en face l’un de l’autre, chacun faisant semblant de manger lorsque les yeux de l’un se portaient sur l’autre, et laissant retomber avec dégoût ce qu’il portait à ses lèvres, lorsque cette feinte, inspirée par l’affection, cessait d’être nécessaire.

Enfin ces moments de contrainte eurent leur terme. La pesante cloche de Saint-Gilles annonça l’heure qui précédait celle du commencement de la séance. Jeanie se leva, et avec un degré de courage dont elle ne pouvait elle-même se rendre compte, elle prit son plaid et fit ses préparatifs pour sortir. La fermeté de ses manières faisait un contraste étrange avec l’air d’irrésolution pénible et la vacillation qu’indiquaient tous les mouvements de son père, et quelqu’un qui ne les aurait connus ni l’un ni l’autre se serait difficilement persuadé que la première fût, dans les habitudes ordinaires de la vie, une fille docile, douce, tranquille, et même timide, et que son père fût ce vieillard à l’esprit naturellement ferme et orgueilleux qui, soutenu par des opinions religieuses d’une nature austère, stoïque et inflexible, avait subi et supporté dans son temps les plus cruels revers, les persécutions et les plus imminents périls, sans que son courage en fût abattu ou sa constance ébranlée. Mais le secret de cette différence était que Jeanie avait déjà formé une résolution, et s’était résignée à ses conséquences inévitables ; tandis que Deans, ignorant tout ce qui se passait dans l’esprit de sa fille, se perdait en conjectures sur ce qu’elle pourrait dire ou jurer devant le tribunal, et sur l’influence que son témoignage pourrait exercer sur le redoutable jugement qu’on allait prononcer.

Il suivit les mouvements de Jeanie d’un regard incertain et inquiet, jusqu’à ce qu’étant prête à quitter la maison il la vît jeter sur lui des yeux où se peignait une douleur inexprimable.

« Ma chère enfant, dit-il, je vois… » et l’air précipité avec le-