Page:Œuvres de Walter Scott, Ménard, traduction Montémont, tome 26, 1838.djvu/253

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


riche ; mais, ce qu’il est encore plus difficile d’expliquer, c’est le dénoûment de l’histoire et la conduite de la femme qu’il avait placée auprès d’Euphémie Deans. Cette malheureuse jeune fille fut saisie de la fièvre qui accompagne son état : en reprenant ses sens, elle ne retrouva plus son enfant dans cet asile de la misère ; la misérable qui la soignait l’avait fait disparaître, et peut-être dans les plus criminelles intentions. Qui peut dire qu’il n’ait pas été en effet assassiné ? »

Ici il fut interrompu par un cri perçant de la malheureuse prisonnière. Ce fut avec peine qu’on parvint à la calmer : son avocat profita de cette interruption tragique pour terminer son plaidoyer avec effet.

« Milords et messieurs, dit-il, vous venez d’entendre dans ce cri douloureux celui de la tendresse maternelle bien plus éloquente que mes faibles paroles… Rachel pleurant ses enfants… La nature vient elle-même rendre témoignage en faveur de la force et de la sensibilité des affections maternelles de ma cliente. Je n’affaiblirai pas sa défense en y ajoutant un mot de plus. »

« Avez-vous jamais rien entendu de semblable, laird ? » dit Saddletree à Dumbiedikes quand l’avocat eut fini de plaider : « voilà un homme qui peut filer toute quenouille avec un petit brin de chanvre. Du diable s’il sait autre chose que ce qu’il y a dans la déclaration ; et quant à ce qu’il avance de la connaissance que Jeanie Deans avait de la situation de sa sœur, M. Crossmyloof prétend qu’il s’appuie sur une assez légère autorité ; mais voyez le gros oiseau qu’il a fait sortir de ce petit œuf… Il sera capable de faire sortir les poissons de la rivière… Ah, ah ! pourquoi mon père ne m’a-t-il pas envoyé à Utrecht ?… Mais, chut ! la cour va prononcer le résumé de l’affaire. »

En effet les juges, après quelques paroles, prononcèrent que l’accusation, dans le cas où elle serait prouvée, rendrait l’accusée passible des peines de la loi ; et que, le fait allégué de la déclaration faite par l’accusée à sa sœur, s’il était prouvé, serait une justification suffisante : enfin, ils soumirent l’accusation et la défense au jugement des jurés.