Page:Œuvres poétiques de François de Maynard, 1885, tome 1.djvu/375

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion
VERS SPIRITUELS


SONNET I.

Amour si tu fus Roy de ma folle pensee,
Alors qu’une beauté triomphoit de mon cœur,
Je foule maintenant dessoubs un pied vainqueur,
Ton impudique loy dans mon ame tracée.

J’estains de l’eau du ciel ceste ardeur insensee
Qui m’a longtemps seduit soubs un apas trompeur,
Je sors de ta prison source de mon malheur,
Retirant de tes fers ma liberté pressée.

Arriere donc desirs qui naissez de l’Amour,
Et vous sales pensers cherchez d’autre sejour,
Je ne veux plus gemir soubs vostre joug immonde :

Dressez, laschez ailleurs vos homicides coups,
Car si pour vivre à Dieu il faut mourir au monde,
Je vous ouvre la porte et ne veux plus de vous.