Page:אמרי לב Prières D'un Cœur Israélite (Jonas Ennery, 1848).djvu/658

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Qu’on lise nos catéchismes, on les trouvera courts, clairs, précis ; qn’on interroge nos croyants, à ta fois sincères et éclairés, on les trouvera saintement convaincus que ce serait une offense à la majesté divine que d’attribuer au Créateur les conditions, les défaillances , en un mot, les proportions de la créature ; on les trouvera pensant encore plus à Dieu qu’ils u’en parlent, et 11’en parlant jamais avec les appellations usitées pour les mortels ; et, chose digne de remarque, notre foi est d’autant plus solide que notre esprit est plus ferme et plus éclairé. line semblable conviction sera toujours le frein le plus sdr pour nos passions, et la meilleure leçon d’humilité ; la mission même du judaïsme est d’inculquer au monde cette grande idée appliquée, réalisée, animant tout un culte, et inspirant à ses adhérents une foi assez vive pour qu’ils meurent au besoin en son nom. Puisse chacun de nos frères en particulier, tirer de l’idée d’un Dieu unique et de la certitude du néant de toute créature en face de son Créateur des inspirations de charité et d’humilité vis-àvis de ses semblables et de contrition en présencc de Dieu ! Nous sommes tous ensemble bien peu de chose en face de l’infinie Providence, chacun séparément moins encore, et le peu que