Page:Abeille - Coriolan, 1676.djvu/18

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Coriolan ſuivit de bien prés ſon retour au païs des Volſques. De ſorte que je n’ay avancé les évenemens que de peu de jours, quand je l’ay fait mourir au Camp devant Rome, & la nuit meſme du Décampement.

Quelqu’un pourroit-il s’en offenſer, apres que toute la France a donné de ſi juſtes applaudiſſemens à une Piece, où tous les perils que Cæſar courut en Egypte apres la mort de Pompée, & plus d’une année de ſa vie eſt reſſerrée avec tant d’art & tant de majeſté dans l’eſpace du jour dramatique ? Apres que la mort de Pyrrhus a eſté ſi heureuſement tranſportée de Delphes à Buthrot, par un Autheur