Page:Abeille - Coriolan, 1676.djvu/4

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


ver entre Vostre Altesse et luy quelque ſorte de reſſemblance, que je puiſſe propoſer au public, ſelon la couſtume des Autheurs, comme le veritable motif du preſent que j’oſe vous faire. Coriolan fit une cruelle guerre à ſa Patrie. Vous, Monseigneur, non ſeulement vous vous eſtes ſignalé pour la gloire de la voſtre : Mais comme ſi vous aviez voulu imiter les Sages de l’antiquité, qui ſe vantoient d’avoir tout l’Vnivers pour Patrie ; Vous avez defendu les limites du monde Chreſtien