Page:About - Gaetana, 1862.djvu/53

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
47
ACTE PREMIER.

S’asseyait sur la rive, et tout le long du jour
Allait voir si Monsieur n’était pas de retour.


LE BARON, lui arrachant le papier des mains.

Assez, bavard ! Je lirai ton compliment à tête reposée. Tâche de savoir où est ta maîtresse.


CARDILLO.

Oui, monsieur le baron. (Il sort en courant.)


LA FOULE, en sortant.

Vive monsieur le baron ! Vive monsieur le baron !


LE BARON.

Diable soit des criards ! (Au docteur.) Vous n’avez pas vu ma femme ?


CAPRICANA.

Elle était ici tout à l’heure avec…


MARTINOLI, vivement.

Avec toutes ces dames, et elle nous invitait à aller de compagnie au-devant de vous.


LE BARON.

Elle s’est toujours bien portée, docteur ?


CAPRICANA.

Comme un charme ! pas un mal de tête.


CRIS EN DEHORS.

Vive madame la baronne !


CAPRICANA.

D’ailleurs, vous en jugerez par vous-même : la voici !


Scène VII.

Les mêmes, CARDILLO, GAËTANA.



LE BARON.

« Arrivez donc, chère enfant ! Je sèche d’impatience ! »


GAËTANA, vivement.

Mon cher ami ! (Elle aperçoit le comte, s’arrête, et fait à son mari une