Page:Abramowski - Les Bases psychologiques de la sociologie.djvu/10

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

de l’avenir. C’est le principe du socialisme scientifique : le déterminisme évolutionniste. L’idéal de l’avenir social, considéré ici au point de vue de la causalité phénoménale, cesse d’être idéal, au sens strict du mot, et devient le résultat nécessaire du développement historique. — Malgré cela, le socialisme moderne ne se contente pas de la nécessité de ce résultat, mais contemplant son idéal propre, comme indépendant de toute causalité, accomplit son rôle créateur comme parti politique. Les philosophes, dit Marx, expliquaient seulement le monde, d’une manière ou d’une autre, mais la vraie tâche est de le transformer. — Cet élément créateur constitue même le trait caractéristique du socialisme, distinctif des théories sociales du « libéralisme ». Celles-ci tracent un cercle bien restreint pour l’activité humaine, considèrent les rapports sociaux comme des lois de la nature, devant lesquelles l’homme peut seulement prendre l’attitude du « laissez-faire », avouer sa complète impuissance, se soumettre avec résignation et se taire. Aussi aucun autre parti ne se pose comme but la création d’une société nouvelle, et tout au plus, sous la pression du socialisme, il formule quelques projets d’avenir, auxquels du reste, il ne croit pas lui-même. Le naturalisme comprime en eux l’action politique propre, en ramenant cette action à la réaction contre les idées révolutionnaires qui se répandent dans les masses. Le socialisme au contraire se considère comme une force, qui, quoique émanée de l’histoire, doit cependant gouverner l’histoire, et à laquelle, malgré tout le déterminisme évolutionniste, appartient le dernier mot qui décidera du développement ultérieur de l’humanité. — La contradiction se révèle d’une manière bien expressive. L’histoire, le développement naturel des rapports sociaux, détermine tout l’avenir ; la conscience du prolétariat, la lutte des classes, les courants idéaux et les revendications révolutionnaires, en un mot tout le côté moral de la vie sociale, aussi bien que le capital et la grande industrie, que les lois et les institutions politiques, apparaît en vertu de certaines causes historiques, est relié avec toute la série des phénomènes, qui en rendent nécessaire l’accomplissement. Cependant le socialisme, comme parti politique, tient pour indispensable de conquérir les nouvelles formes de la vie, quoique ces formes se déterminent spontanément ; tient pour nécessaire, dans le but d’atteindre l’idéal, de mener une action finale, de propager des idées, d’organiser, de lutter, en un mot, de pousser en avant tout le développement historique, et il le fait avec cette forte conviction, que sans ce travail