Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/130

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LE sauveur Nom e 425 des regards, l`adora, puis se répandit en indignations _ puériles : —— Ces gens-là ne peuvent donc pas accepter que l’un d’eux mène au triomphe leur idée, l’idée de leur génération?". Car c’est la théorie chèreà toute sa génération que mon mari conürme par sa découverte! —— Et vous faisiez chorus avec ses détracteurs?... Je dus rejeter mon buste sur le dossier du fru- teuil : vraiment, la veuve s’approchait de moi pour m’invectiver. Elle etait d’ailleurs superbe dans sa robe collante et sombre. — Non pas! — m’ecriai-je : ——— je l’ai défendu! —- Bien sûr?... — Sûr : j’avais flairé l’affaire du sérum Goulven pour ma Société! ` -ï·C’est juste!,.. — dit en riant Madame Hélène. Et, sur sa figure, passa comme une lumiere d’ap— probation pour la logique de mon caractère. Je suis certain qu’a cette seconde elle m`eût aimé, si... Mais il ne sied pas d’antieiper, car elle tit tout aussitôt i une réserve impertinente : _ — C’est vrai, on peut compter sur vous en certaines ' occurrences... Et, dans le cas contraire, qu`elle eût été votre attitude ‘?... - .l’aurais rugi comme les autres! —— déclarai·je loyalement, sur le ton d’hilarité que j’emploie sou- vent pour faire admettre en gaieté les rigueurs de ma morale. — Charmant! — Ah! monsieur!... —— protesta M'^° Goulven, pâle et rouge alternativement. — Vous êtes magnifiques!". ·—répliquai-je, en me levant et en marchant. —— "Vous êtes magnifiques!". ·