Page:Adam - Mémoires des hommes du temps présent, paru dans Le Figaro, 10 septembre 1893.djvu/19

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


nous avions eu l’expérience des douleurs que nous nous imposions, nous aurions pu atteindre des hauteurs morales inconnues, comme le peuple athénien vivant sur soi atteignit les hauteurs philosophiques. Notre grande faute fut de mêler les sens à nos ardeurs sentimentales, à nos étreintes de l’idéal.

» Retenez bien ceci, mon enfant, et que cet aveu vous garde, en des temps d’ailleurs plus assagis que les nôtres. Si j’avais à refaire ma vie, elle serait chaste. »

Juliette Adam.