Page:Adelsward-Fersen - Notre-Dame des mers mortes (Venise).djvu/108

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
96
NOTRE-DAME DES MERS MORTES

ce cher Jacques… un peu toc-toc vous savez Mademoiselle…

— Vous croyez… Je préfère ces folies-là.

— Et vous ne retournez pas un de ces soirs au théâtre ? interrogea Sforzi. Liéven n’était plus à la pièce.

— Taisez-vous donc. M. de Lieven a vu et admiré j’en suis sûre. Moi, j’écoutais. Y retourner ? Je ne sais pas, cela dépend de grand-père. Il est bon, il sait que je m’y amuse…

Le marquis occupé à faire des gammes sur son clavecin muet, opina, de la tête.

— Quand elle voudra, Ninette…

— Oh si nous arrangions d’y aller tous ensemble… Et Contarinetta battit des mains…

Oh… dites !…

Jacques eut pour ta jeune fille un regard de reconnaissance tellement profond, qu’elle, sans le voir, avec la finesse de perception des aveu gles, le devina.

— Oh… dites !…