Page:Adelsward-Fersen - Notre-Dame des mers mortes (Venise).djvu/20

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
8
NOTRE-DAME DES MERS MORTES

du Titien, l’heure de Luxure effroyable où tout, les masures délabrées, les façades vermoulues, les toits écroulés et les statues anciennes, et les colonnes, et les campaniles, et les balcons, et sur mer les barques aux élancements de galère, où tout devient la pourriture, mais devant quel soleil !

Jacques se tut. Au-dessus de leurs têtes chanta une cloche elle devait venir de très près et de très loin à la fois, une cloche au timbre niellé et sonore qui volait de maison en maison. Un autre appel plus grave lui répondit, puis un autre plus clair. Cela ressemblait à des cris d’oiseaux. Le soleil, rouge comme des lèvres, disparaissait si lent, si tendre que Jacques dit :

— C’est un baiser.

Les cloches s’apaisèrent, puis reprirent. Vers Santa Maria Formosa, le carillon se mit aussi en branle et brusquement, telle qu’une bénédiction harmonieuse de toutes parts, des