Page:Adelsward-Fersen - Notre-Dame des mers mortes (Venise).djvu/52

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
40
NOTRE-DAME DES MERS MORTES

portrait, d’après un costume Charles Ier, tête blonde et velours noir qui rend à merveille sa sveltesse, sa sensualité et son orgueil.

J’ai dit que c’était un poète. Il y a des êtres qui le sont toute leur vie par leurs impressions et par leurs rêves. On ne l’a jamais su, parce qu’ils ne peuvent pas l’exprimer. Il y en a d’autres qui expriment et qui ne sentent pas. Jacques de Liéven sut exprimer sa nature, par conséquent être plus complet.

Dès la première jeunesse il était porté aux souvenirs. Les poètes sont justement ceux qui se souviennent d’une vie antérieure. Les baisers maternels dont il avait été sevré par l’internat représentèrent à son imagination l’amour perdu et par suite le regret d’amour. Il écrivait des lettres à sa mère où, entre deux demandes de gâteaux et d’argent, vibrait une émotion d’artiste à l’idée de la voir. Il eut au lycée des amis qu’il affectionna beaucoup et qui le trompèrent. Cela encore fut de l’amour perdu. Peu à peu