Page:Adelsward-Fersen - Notre-Dame des mers mortes (Venise).djvu/54

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
42
NOTRE-DAME DES MERS MORTES

délicat d’émotion comme un enfant gâté.

Et c’était en reconnaissance de celle éprouvée tout à l’heure, plus exquise que les autres, face à face avec les nuits vénitiennes, que Jacques de Liéven s’était agenouillé.

Lorsqu’il s’éveilla le lendemain, la lagune était recouverte d’une brume légère qui faisait ressembler Venise à une perle cachée par du tulle. Le soleil d’octobre, pâle et blond, venait de se lever à peine. Les cloches avaient depuis longtemps dû se mettre en branle dans leurs nids de pierre. Leurs voix chantaient. Seuls les deux anges de Saint-Marc et de Saint-Georges, ouvraient leur vol d’or parmi ces teintes grises. Il s’habilla vite, ne donnant que de rares coups d’œil à la beauté de ce matin tranquille. Il descendit, suivit le quai des Esclavons jusqu’à la Piazzetta et là, fit signe à l’un des gondoliers.

Lorsque la frêle barque eût dépassé la Jiudecca et qu’elle se dirigea vers le Lido, où