Page:Adhémar - La philosophie des sciences et le problème religieux.djvu/19

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


sont pas parfaitement clarifiés, ils restent légèrement troubles.

De même que la nature de l’alcool dépend de la structure des alambics et filtres d’où il sort — de même, tout principe scientifique, et même tout fait scientifique dépend, dans une certaine mesure, de l’esprit qui l’énonce.

Plutôt que « résultats d’expérience », les principes sont « une manière d’interroger l’expérience (5) ».

C’est là une question philosophique fondamentale sur laquelle nous reviendrons.



N’oublions pas enfin de remarquer que l’Induction faite ici n’est plus en rien semblable à celle du mathématicien.

Nous admettons ici qu’un ensemble E de phénomènes ayant été suivi du phénomène A, chaque fois que l’on aura un ensemble E’ assez semblable à E, il s’ensuivra un phénomène A’ assez semblable à A.

C’est affirmer quelque ordre régulier dans l’Univers. Que vaut cette affirmation ?

Mais ceci nous entraîne hors de notre cadre.

C’est de la méthode scientifique qu’il s’agit surtout.